Système Régional de Contrôle des Mouches de Fruits en Afrique de l’Ouest – SYRIMAO

Depuis 2003, les dégâts des mouches des fruits sont devenus récurrents en Afrique de l’Ouest détruisant, 50 à 80 % des productions. A cela s’ajoutent les interceptions et la destruction de lots de mangues infestés aux frontières de l’Union européenne pour cause de présence de larves des mouches.
Pour une riposte à la hauteur de ces dégâts, la CEDEAO a lancé, en 2015, le Projet de soutien au Plan Régional de Lutte contre les Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest, avec le soutien financier de l’UE et de l’AFD. L’exécution de ce projet a impacté positivement la filière mangue à travers :
– la mise en place d’un système de surveillance opérationnel permettant de suivre les infestations des mouches des fruits et l’émission d’alertes précoces ;
– le renforcement des capacités des producteurs et techniciens aux techniques de lutte intégrée efficaces ;
– la mise à disposition des producteurs des produits homologués de lutte contre les mouches des fruits ;
– le renforcement des capacités techniques des producteurs, des inspecteurs phytosanitaires et des laboratoires nationaux de diagnostic.
C’est pour consolider ces acquis que la mise en œuvre du Projet «SyRIMAO» a été décidée.

Contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté des populations en milieux rural et urbain.

Le SyRIMAO vise trois résultats spécifiques clés :
R1 : : Les systèmes national et régional de recherche et de contrôle phytosanitaires travaillent de manière coordonnée et les résultats de la recherche sont vulgarisés et mis à disposition des producteurs ;
R2 : La filière mangue est structurée au niveau national et régional et les interactions entre les acteurs publics et privés sont renforcées pour garantir la pérennisation des financements dédiés à la surveillance et lutte ;
R3 : La surveillance contre les mouches des fruits est organisée sur une base partenariale (multi-acteurs) au niveau national, coordonnée au niveau régional, et permet une lutte sur alerte efficace et ciblée.

Le SyRIMAO compte 3 composantes techniques et 1 coordination :
1. Composante : Recherche – Action – Développement (RAD)
2. Composante : Appui aux Structures Nationales publiques et privés de coordination (ASN)
3. Composante : Surveillance – Veille – Alertes précoces (SVA)
4. Composante : Coordination – Suivi – Evaluation (CSE)

Les bénéficiaires du SyRIMAO sont l’ensemble des acteurs directs et indirects de la chaîne de valeur « mangue », notamment :
1. Les producteurs et leurs organisations ;
2. Les commerçants grossistes et détaillants de fruits ;
3. Les exportateurs et acteurs intermédiaires (pisteurs, récolteurs et transporteurs) ;
4. Les transformateurs de fruits frais ;
5. Les fournisseurs de pesticides et d’autres intrants ;
6. Les services techniques publiques de l’Agriculture et du Commerce concernés par l’exportation des fruits.

 

Les partenaires techniques sont l’Union Européenne (UE) et l’Agence Française de Développement (AFD).
La mise en œuvre est assurée au plan régional par l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation de la CEDEAO « l’ARAA » et au plan national par le Comité National de Lutte contre les Mouches des fruits et autres nuisibles du manguier en Guinée « CNLMF/ANM »

Le SyRIMAO couvre les 15 pays de la CEDEAO. En Guinée, il couvre les trois principaux bassins de production de la mangue, notamment : la Haute Guinée (Kankan, Siguiri, Mandiana, Kouroussa), la Basse Guinée (Kindia, Forécariah, Coyah et Dubréka), la Moyenne Guinée (Koundara et Gaoual).

Durée : 48 mois

Montant

Bailleur(s)

Coordinateur

Siège

Recevez nos nouvelles

Les dernières nouvelles, articles et ressources du MAGEL, envoyés directement dans votre boîte de réception chaque mois..

Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage © 2022. Tous les Droits Réservés